Ne plus traduire !

Le titre peut surprendre. Après tout, quand on apprend une langue, on commence toujours par apprendre du vocabulaire et sa traduction dans la langue d’origine, non ?

Traduire, ça fatigue

C’est vrai que cette étape est nécessaire en début d’apprentissage, mais dès que possible il est important d’apprendre les mots étrangers dans leur contexte, sans essayer de les traduire dans notre langue maternelle. En effet, la traduction est une compétence spécifique (même si aujourd’hui avec les sites de traduction automatisés cette compétence est fortement dévaluée) qui est certes très utile, mais pas quand vous apprenez une autre langue ! Continuer de vouloir traduire chaque mot dans votre langue maternelle ne fera que fatiguer votre cerveau et ralentir votre communication.

Comme à la piscine

J’observe une réticence chez mes étudiants quand je les encourage à ne plus traduire. J’utilise l’image d’une piscine : imaginez que vous souhaitiez apprendre à nager, mais malgré tous les encouragements de votre moniteur, vous vous agrippiez au rebord en refusant de lâcher ! L’objectif pourtant est bien de lâcher pour essayer de comprendre les mots étrangers dans leurs contexte, au risque de ne pas toujours avoir l’exact équivalent dans votre langue maternelle.

Apprendre directement

Quand j’ai commencé à le faire, ça a vraiment accéléré ma capacité à comprendre l’anglais et aussi à m’exprimer correctement ! Je me souviens d’avoir entendu le prétérit du verbe « to fly » pour la première fois dans le film « Chicken Run » quelques semaines après mon arrivée en Angleterre, ou encore l’expression « not yet » dans le film « Gladiator ». Et ça ne s’est pas arrêté là. Grâce à mes lectures, à la radio, à la télévision j’ai appris de nombreuses expressions directement en anglais (et en espagnol), sans avoir à les traduire mentalement en français. Cela m’a aussi permis de lire en langue étrangère sans avoir recours au dictionnaire tous les 10 mots. Parce qu’en fait, dans la vie de tous les jours on n’a pas nécessairement besoin de comprendre tous les mots. Sauf évidemment pour les situations où un contresens pourrait avoir de graves conséquences, comme à un entretien d’embauche ou au moment de signer un contrat et dans ce cas, il ne faut pas hésiter à poser des questions ou encore demander de l’aider à un natif.

Problèmes de traduction

Pourtant il y a des mots pour lesquels je connais la traduction exacte et je recommande de le faire en particulier pour les « faux amis », ces mots qui ressemblent beaucoup aux mots français mais n’ont pas du tout le même sens. Par exemple, j’aime bien me souvenir que le verbe « to propose » (tout seul) veut dire « faire sa demande en mariage », donc j’évite de l’utiliser dans le sens de « proposer quelque chose ». Et puis, il y a des mots difficiles à traduire en français : par exemple « feature », « accountability » ou encore « serendipity ». Quel avantage de pouvoir les comprendre sans passer par le français ! Après tout, c’est aussi cela l’intérêt d’une langue étrangère : cela permet d’apprendre de nouveaux concepts ou une nouvelle façon de décrire la réalité, c’est très enrichissant (même si ça peut être déroutant, voire frustrant parfois…).

Un bon dictionnaire

Donc, dans cette optique pourquoi ne pas remplacer le dictionnaire bilingue par un dictionnaire monolingue pour s’entraîner à comprendre les définitions de chaque mot dans la langue étrangère ? On peut aussi trouver des définitions simplifiées pour commencer, comme ci-dessous. Il existe aussi l’application « Le mot du jour » (Word of the Day, Palabra del día) qui vous propose un mot et sa définition au quotidien. C’est un bon entraînement !

Aujourd’hui, je comprends environ 98% de l’anglais et de l’espagnol mais je ne m’inquiète plus des 2% qui restent, parce que grâce à eux, je sais que je vais continuer à apprendre…

Keep learning! ¡Sigue aprendiendo!

Résultat de recherche d'images pour "serendipity meaning"