Et quand ça bloque ?!

Des études scientifiques indiquent que, lors de tout apprentissage, nous demandons à notre cerveau d’effectuer les tâches différemment, en modifiant les connections entre nos neurones. Quand on apprend une langue étrangère, il s’agit d’arriver à communiquer et à penser à l’aide de mots différents de ceux de notre langue maternelle. C’est un chemin qui peut être parsemé d’embûches : manque de temps pour pratiquer la langue, oubli de vocabulaire, ou encore problèmes de prononciation qui finissent par donner l’impression de tourner en rond et de ne plus progresser.

Ces péripéties sont parfaitement naturelles, puisque l’apprentissage de la langue se fait par paliers : en effet mettre en pratique une nouvelle règle grammaticale dans un exercice est assez simple et rapide, mais pour pouvoir l’appliquer de façon systématique à l’oral, comme à l’écrit ce n’est pas si simple. L’important est de ne pas se décourager ! Avec le temps et une pratique régulière, certains automatismes vont se mettre en place pour améliorer à la fois la compréhension et la communication en langue étrangère.

Parfois cependant, il y a des obstacles plus tenaces qui peuvent empêcher d’avancer :

  • la frustration et l’impatience : aujourd’hui tout va très vite et, surtout quand les besoins sont réels et pressants, on aimerait apprendre « tout, tout de suite ». Or, malgré tout ce que la technologie propose aujourd’hui, pour parler une langue il ne suffit pas seulement d’apprendre quelques phrases par cœur, ni de traduire les mots à l’aide d’un moteur de recherches ! S’imaginer de pouvoir parler couramment une langue en quelques semaines ne peut qu’engendrer de la frustration, voire du découragement. Au contraire, être réaliste c’est se donner les moyens d’apprendre sereinement et dans la durée. C’est une bonne idée de mettre en pratique dans la semaine ce qu’on a appris pendant le cours. Pour intégrer de l’anglais et/ou de l’espagnol dans votre quotidien, vous pouvez trouver des idées ici
  • une perte de contrôle : il faut le reconnaître, quand on réussit dans la vie active, que l’on est à l’aise dans sa profession, parfois même dans le management, ce n’est pas toujours facile de se retrouver « comme à l’école » et de se laisser guider et corriger ! Ce n’est certes pas un sentiment agréable, mais dans le cadre d’une relation de confiance il est plus facile d’accepter de « perdre pied » momentanément. Après tout, cette situation quelque peu inconfortable demeure limitée au déroulement des cours, pendant lesquels la confidentialité est bien entendu de rigueur.
  • la peur de se tromper : C’est vrai, personne n’aime faire des erreurs, mais dans une situation d’apprentissage, se tromper c’est essentiel ! D’abord, c’est un bon moyen de vérifier ce que vous n’avez pas (encore) compris, et en vous corrigeant, vous vous donnez aussi une chance de progresser ! Il est donc essentiel de surmonter cette peur pour oser prendre la parole par exemple. Les jeux de rôles sont très utiles, par exemple pour les conversations au téléphone, pour réserver un hôtel ou négocier avec un client étranger. Du coup, ce sera beaucoup plus facile quand vous vous trouverez dans ces situations.
  • la honte de ne pas réussir du premier coup : encore une fois, surtout dans notre société ultra-compétitive, il est légitime de vouloir s’assurer qu’on a la bonne réponse avant de se lancer. Cependant, dans la mesure où, comme nous venons de l’expliquer, se tromper fait partie intégrante de l’apprentissage, une certaine dose d’humilité est nécessaire. L’important, c’est d’essayer et d’accepter d’être corrigé si nécessaire. Même si l’on est touché dans son amour propre, c’est ainsi que l’on apprend et que l’on progresse.
  • les paroles négatives : qu’elles proviennent de son entourage ou d’un ancien professeur par exemple, les paroles de moquerie, d’humiliation ou de découragement peuvent engendrer du stress et parfois une incapacité à communiquer. Si vous avez souffert pendant votre enfance ou dans une autre situation particulière, prenez le temps d’en parler. Certaines émotions sont tenaces et peuvent être ravivées soudainement. Cependant sachez prendre du recul car vous n’êtes plus aujourd’hui dans cette situation et vous pouvez surmonter les émotions qu’elle a généré. Evidemment il est préférable d’apprendre dans un environnement calme, où patience et respect mutuel sont de mise.
  • le blocage mental se traduit généralement par une incapacité à comprendre et à mémoriser : peu importe les explications et encouragements, on ne peut plus progresser. Cela peut apparaître momentanément, en cas de surmenage ou de situation de stress prolongé par exemple, auquel cas il vaut mieux faire une pause, pour reprendre l’apprentissage ultérieurement. Si le blocage mental persiste, il est utile d’essayer d’en comprendre la cause pour y remédier. Il s’agit le plus souvent d’une forte perte de confiance en soi, occasionnée par un traumatisme. Celui-ci peut être plus ou moins conscient. Dans ce cas, il s’agit d’être indulgent avec soi-même plutôt que de forcer. Privilégier alors des activités plus ludiques et surtout se relaxer et même s’ amuser à apprendre ! Egalement ralentir le rythme et se fixer des objectifs réalistes permettront de mieux progresser, en évitant de se mettre sous pression.

J’ai observé plusieurs de ces blocages au cours de mon expérience d’enseignement des langues et je les comprends d’autant plus que je les ai aussi expérimenté moi-même, en particulier lors de mes séjours à l’étranger. Ne plus arriver à comprendre ni à s’exprimer est une situation stressante, voire humiliante : on peut se sentir démuni et désemparé. Heureusement, dans la plupart des cas on se sent juste un peu ridicule sur le moment, mais c’est souvent sans conséquence grave. Avec patience et humour (et un peu d’aide peut-être?) on peut surmonter ces obstacles et continuer à avancer, sans se décourager.

Imagerie des connections du cerveau
Imagerie des connections du cerveau – Source : Penn Medecine – National Institute of Mental Health

En ligne !

Cela fait quelque temps que je voulais améliorer ma présence en ligne : c’est donc chose faite !

Alors, pourquoi avoir choisi cette photo de la plage du Rohaliguen, près de Sarzeau ? D’abord, parce que j’adore cet endroit ! Le Morbihan est une région magnifique de la Bretagne Sud et comme moi, je suis sûre que vous aimez y habiter.

Quand quelque chose ne présente aucune difficulté, en anglais on parle d’un « walk in the park » et… en ce qui concerne vos progrès, je ne peux pas vous le garantir !

Mais je vous dirais avec les mots d’Antonio Machado : « Caminante, no hay camino / se hace camino al andar ». C’est ensemble que nous trouverons le chemin de votre réussite, « your pathway to success« .

Sur ce blog je vous partagerai les trucs, astuces et autres conseils qui m’ont aidée à devenir trilingue et à le rester !

A très bientôt ! Watch this space! ¡Hasta luego!